14/04/2005

Heureuse

Mes larmes se sont mêlées,

Aux pleurs des sirènes.

Et dans l’océan chahuté,

J’ai perdu les rênes.

 

Les chevaux blancs d’écume

Sous l’effet de ma plume,

Ont galopé jusqu’à la nuit

Mais je me suis assoupie.

 

A mon réveil, le ciel était bleu,

Nulle trace d’étalons fougueux.

Pour mon cœur une accalmie,

J’ai goûté à l’euphorie.

 

 

 

 

 

Je me suis délecté des rires,

Et j’ai souhaité jouir

Dans les eaux claires du lagon,

J’ai connu le grand frisson.

 

Mes yeux se sont émerveillés,

Devant les hauts fonds colorés.

Sur ma peau les reflets ensoleillés,

Ont dessiné des mots enflammés.

 

Ce monde est devenu le mien,

Et je ne désire plus rien.

La vie à présent généreuse,

Je chante et suis heureuse.

 

Le jeu a sorti ses apparats

Et mon cœur en appât,

Rêve de plaisirs charnels,

Dans un monde virtuel.




22:18 Écrit par baiser virtuel | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

Chaud au coeur Ton texte est magnifique et je suis bien heureuse de ressentir que tu vas bien.

Écrit par : nat | 15/04/2005

Les commentaires sont fermés.