02/05/2005

Chaque jour...un nouveau jour

J’ai au cours de mes voyages,

Découvert les subtilités du langage.

De mes contemporains

Moi qui n’attendait plus rien,

J’ai surpris des regards,

Qui gommaient le noir.

J’ai entendu des paroles,

Qui à la mémoire se collent.

J’ai vu un sourire se dessiner,

Sur des visages tourmentés.

J’ai senti parfois le froid,

Dans des yeux emplis d’effroi.

J’ai touché des mains abîmées,

Aussi chaudes que des brasiers.

J’étais la témoin d’injustices,

Tant de souffrances et de vices.

Mais je sais que d’un mot, d’un geste,

Chacun de nous peut chasser le funeste.

La liberté de faire des choix,

N’est  pas le propre du roi.

Le plaisir de la vie est un secret,

Qui ne réside pas au fond d’un palais.

La passion est souvent déraison,

Car elle limite notre horizon.

Elle nous pousse aux firmaments,

De nos cinq sens gouttons l’instant.

Mais lorsque le rideau s’abaisse,

Elle nous tient prisonnier en laisse.

Le bonheur vient de l’élévation,

La clef d’une autre dimension.

Quelque soit le moment ou l’endroit,

Il existe un lieu, connu autrefois,

Plus loin et pourtant si proche,

Pour le trouver, nul besoin de pioche.

Grimpe aux barreaux de l’échelle,

Et tu verras comme la vie est belle.

Nous savons ce qui est sale,

Nous condamnons le mal.

Mais nous ne savons plus nous extasier,

Lorsqu’un nouveau jour s’est levé.

Il faut oublier nos jouets sophistiqués,

Et retrouver une originelle pureté.

Réapprendre le plaisir de transformer,

Un morceau de bois en épée,

De simples coquillages,

En présents de Rois mages.

Il ne faut pas refuser le bonheur,

Il peut venir à toute heure,

De quelques mots jetés,

Sur un cahier d’écolier

Ou d’un souffle du vent

Qui si tu l’entends,

Te redonnera tes yeux d’enfants,

Et le bonheur assurément.

 

Ne referme pas la fenêtre, je continuerais de souffler jour et nuit, tant que tes tourments ne seront pas évanouis.

Nath. 


13:27 Écrit par baiser virtuel | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

Elle est ouverte Merci de ce beau texte et comme tu peux voir...la fenêtre est ouverte.

Écrit par : nat | 02/05/2005

Les commentaires sont fermés.