20/05/2005

La porte sombre

J’ai entendu le grondement lointain

Des lames frappant le massif corallien.

J’ai nagé dans les eaux claires,

Devant les fonds colorés, tombée en prière.

 

J’ai souhaité m’endormir entre deux anémones,

Enfermer mon cœur dans un coquillage en aumône.

Vivre l’instant présent, sentir le courant

M’emporter au loin vers le tombant.

 

Et là plonger doucement vers le néant,

Me sentir prisonnière d’un univers troublant.

Oublier de respirer, juste un moment

Se réveiller derrière une porte à battant.

 

Sur le sable blanc, m’agenouiller

Mon âme lavée de tous ses péchés

Abandonner mon rôle, quitter le masque de pénitente

Glisser à nouveau le long de la pente.

 

Une nouvelle porte s’est ouverte,

J’ai songé parmi vous, renaître.

Mais dans la vase, je laisse mon testament

Je suis en extase, la lumière approchant.

 

Je suis soulevée, commence la remontée.

Mes membres atrophiés ou attachés.

Vers la surface, je ne souhaite pas retourner,

Mes poumons emplis d’eau, je suis un nouveau né.

 

Ne plus revenir, droit de choisir,

Détruire sa vie, ou la reconstruire,

Pour l’envie de nuire, pour juste faire plaisir,

Absorber la lumière, ou la réfléchir,

Pleurer aux larmes, mourir de rire,

Etre une femme, envie de jouir,

Dans un genre féminin, juste un délire,

Montrer le chemin, commencer à courir,

Sentir l’amour en déclin, se laisser mourir,

Dépouille un matin abandonnée et pourrir,

D’un maigre butin offert, les corbeaux se nourrir,

Un goéland affamé, les restes chérir,

Dans la mer possessive, les déglutir.

 

Devant un tel échec, je ne peux que sourire,

Au monde abjecte qui m’empêcherait de revenir.

 

 





22:22 Écrit par baiser virtuel | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

Perdu Je suis un peu perdu en lisant vos derniers textes, vous nous aviez habitués à une histoire moins violente. Je souhaite que vous trouviez une source d'inspiration moins noire...
J'aime cependant le style, merci de continuer à écrire sur votre blog.

Écrit par : PascalM. | 20/05/2005

Compréhension, Mon amie,je comprends parfaitement le sens de tes mots qui ne sont points une leurre mais la dure vérité de la vie...cette vie de femme

Écrit par : nat | 21/05/2005

Les commentaires sont fermés.