25/05/2005

Vestale

Une nuit où je fais vœu d’obédience,

Tout mon corps en impatience

Semble prêt pour une ultime révérence

Que m’importe les souffrances.

Sur l’autel j’ai signé mon allégeance,

Les dieux réclament obéissance.

 

Je suis l’humble vestale,

Ou encore une femme fatale

Venue en ce temple pour charmer

Une princesse au cœur brisé,

Mes vers ensorcelés lui chanter

Un monde où je reste attachée.

 

Les mailles du filet l’ont blessé,

Ce matin, ils l’ont fasciné.

En elle le poison de l’amitié

A commencé à se disperser.

Il vit à présent au centre de l’aubier

D’un roseau par les vents balayés.

 

Une tempête a soufflé la tendresse

Dans mon cœur de Diane chasseresse.

Mon corps frappé par l’ivresse,

Mon cœur de femme en liesse

Je reste attachée par la laisse

De ma sœur ou  maîtresse.

 

 

 

 



23:55 Écrit par baiser virtuel | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

jamais très loin Quelle complexité et richesse de personnalité. Vous êtes une femme aux multiples facettes, mais toujours un mystère.

Écrit par : Lucie M. 54 | 26/05/2005

Voeu, Même la laisse détachée...
Point tu partirais,

Écrit par : N. | 26/05/2005

Les commentaires sont fermés.