02/06/2005

Kenavo

Vois tu la flamme de cette bougie ?

Elle danse aux rythmes de ma vie.

Elle s’étire, effilée vers le ciel

Mon cœur enrobé de parfums de miel.

Elle semble décroître, je suis chagrin,

Ma vie balayée d’un geste de la main.

 

Le temps a laissé des déchirures,

Mon esprit victime de censures.

Je me surprends encore à rêver,

Mais le rideau ce soir est tombé.

J’ai connu l’amour et la haine

Dans mes yeux, la joie et la peine.

 

J’attends une ultime délivrance,

Nul ne s’apercevra de mon absence

Le monde reste dans l’ignorance,

Je ne supporte plus sa souffrance.

La vie a un goût de beurre rance

Du ciel, la bienheureuse sentence.

 

Demain simple grain de poussière,

Je me suis crue forte et guerrière

Ne vous perdez pas en vaines prières

Je ne suis pas une bonne mère,

M’allonge dans cette clairière

Et m’apprête à quitter cette Terre.

 

Je ne regrette rien, surtout pas mes choix,

Ils étaient guidés par une liberté du Moi.

Egoïsme, abandon, je plaide coupable.

Je ne suis pas d’une nature affable.

La flamme de la bougie soufflée,

Ma vie s’envole, partie en fumées.

 

Je ne réclame pour mes actes nul pardon,

Sur mes ailes une chape de plomb.

Je renonce à réfréner mes tentations

Je ne supporte plus la suspicion.

Autour de moi, grandit le désert,

Je me retire au fond de ma tanière.

 

Telle une bête blessée et résignée,

Je choisis de m’éloigner pour crever.

Ne cherchez pas ma dépouille

N’entreprenez aucune fouille

Un vent salutaire a chassé mon image

Il faut à présent tourner la page.

 



19:29 Écrit par baiser virtuel | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

Woaw! Trés trés beau ce texte,magnifique tout simplement.bises !!!

Écrit par : Nat | 02/06/2005

Les commentaires sont fermés.