24/08/2005

Renaissance

Voici le temps de la renaissance,

Après cette période de souffrances.

Ici je trouve de subtiles essences,

Et me soumets à la révérence.

 

Au bas des marches du palais,

Je suis cette vestale à ses pieds.

Eduquée pour satisfaire ma déité.

A mon cou, elle a déposé un collier.

 

Je m’abandonne à cette félicité,

Par désirs avides et par curiosité.

Je suis cette rebelle apprivoisée,

Mon corps est pour elle inféodé.

 

Le soir venu, je m’endors comblée,

D’un mot jeté, je suis aux aguets.

Pour venir à genoux la saluer,

Et de mes baisers la rassasier.

 

Entre ses mains, un simple jouet,

Qui prie pour être regardé.

Mon seul plaisir est de l’honorer,

De son parfum unique m’enivrer.

 

Selon son humeur, mon corps entravé,

D’un foulard, mes yeux sont bandés.

Tous mes sens à présent aiguisés,

Dans l’attente de situations imaginées.

 

Les yeux baissés en soumission,

J’aspire à ressentir le frisson.

Accepter le châtiment avec dévotion,

La caresse, comme un pardon.

 

Goûter au nectar, tel un papillon,

Assumer ses choix, vivre au diapason.

Se relever après l’humiliation,

Et se fondre dans la déraison.

 


20:36 Écrit par baiser virtuel | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

Commentaires

un bisous... à toutes les deux

Écrit par : baby | 24/08/2005

Moins sage? Votre prose s'enrichit de parfums d'érotisme, jusqu'où allez vous nous entraîner?

Écrit par : Chris764 | 25/08/2005

Prête à vous suivre... A la lecture des derniers textes, j'ai senti monter en moi un trouble étrange, continuez, j'adore...

Écrit par : Martine C. | 25/08/2005

Tendres baisers Je vous suis depuis la création de ce blog, où sont passés les anges? Est ce un noueau pas dans votre frénésie contagieuse...

Écrit par : LucieM.54 | 26/08/2005

Les commentaires sont fermés.