02/10/2005

Au creux de mes ailes

Au creux de mes ailes le souvenir,

Libéré de sa tristesse au déploiement,

Accroupie dans le coin de l’oublie et m’assoupir,

M’enfoncer dans les flammes de l’enfer ou monter au firmament ?

 

Au creux de mes ailes la maternité,

Aujourd’hui l’ancre de mon navire chavirant,

J’ai mise au monde quatre êtres de pure beauté,

Ce qui m’empêche d’ouvrir la porte du lieu du trépassant,

 

Au creux de mes ailes l’amour,

Il y avait une fois… »L’amour du coup de foudre »,

Dans ce cœur de jeune femme c’était pour toujours,

La déception dans ma main ouverte, soufflée au loin comme une poudre,

 

Au creux de mes ailes la peur,

Je ne puis voler, ni marcher, ni même rêver,

Chaque rêve se terminant par le cauchemar…l’horreur,

Je poursuit ma quête du sentiment parfait,

 

Au creux de mes ailes la pensée,

Parfois gardées, souvent dites lorsque j’ose,

De ma bouche sortant une multitude d’idées,

Ou dans cette cité des fées chaque texte est une rose,

 

Au creux de mes ailes l’amitié,

Que je traîne comme un boulet,

Le vide à présent à mes pieds enchaîné,

La voix de l’ange disparue dans la nébulosité,

 

Au creux de mes ailes le désir,

Ouvrant l’écran de cette mer virtuelle,

Au creux de l’oreille le souffle du plaisir,

Réveillant en moi cette femme sensuelle,

 

Au creux de mes ailes des milliers de choses,

Gonflant toutes les plumes de mon corps,

Enivrée par le doux arôme de rose,

Errant je m’élève afin d’arriver peut être à bon port…

 

Jadis, il n’y a  pas si longtemps, dans la cité des fées d’un monde enchanté, il y avait deux anges unis par l’amitié, la poésie les a réunie, l’eau salé les a fait rêver, chaque mot et phrase du visiteur frétiller, chaque fantasme frémir, chaque rose sourire. Une page noire s’est introduite dans ce livre, transformant le navire en galion fantôme…ou bateau ivre.

 


02:37 Écrit par baiser virtuel | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Commentaires

Je suis loin, mais près de toi Je suis repartie parcourir le monde, mais je me plais toujours autant à te lire ma chère Nat, tu es mon soleil, et je te promets de revenir écrire pour toi.
Lorsque le soleil couchant m'entoure,
Je revets mes plus beaux atours.
Elle seule connait le secret de mon coeur,
Ma soeur dont je voudrais calmer les peurs.

Écrit par : Nathanaelle32 | 02/10/2005

magnifique Ma chère amie, votre texte est superbe de sincérité. Chaque mot est un hommage à votre amitié.
A bientot
Chris

Écrit par : Chris764 | 02/10/2005

Merci a vous Nath,heureuse de te retrouver dans ton élément ma chère.J'ose le dire ici même que j'ai besoin de toi mon amie ma soeur.La vie m'a encore déçue et je suis a nouveau bien seule avec mes enfants,je l'affronterais de toutes mes forces mais j'ai besoin de toi.Chris,je sais que vous êtes en voyage aussi et je vous remercie de tout coeur de prendre un instant pour venir nous lire ici et de laisser un com.Merci à tous.
Bises poétiques!

Écrit par : Nat | 02/10/2005

Les commentaires sont fermés.