17/10/2005

Moisson

Des cris, des larmes salées plein la gorge,

Mes yeux contemplent les champs de vorge.

Hier les récoltes semblaient prometteuses,

Mais sur la plage délaissée, la mouette rieuse,

Annonçait la fin d’une période heureuse.

A présent j’implore la grande faucheuse,

Pour qu’elle sauve les épis de blé mûrs,

Noyés dans cette fenaison de champs impurs...


17:34 Écrit par baiser virtuel | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

Il lui faut... Beaucoup de soleil à l'épi pour qu'il puisse s'épanouir...

Prends soin de toi ma mie et à trés bientôt.

Écrit par : Nat | 18/10/2005

Ce que j'ai envie de rajouter, Des cris, des larmes salées plein la gorge,

Mes yeux contemplent les champs de vorge.

Hier les récoltes semblaient prometteuses,

Mais sur la plage délaissée, la mouette rieuse,

Annonçait la fin d’une période heureuse.

A présent j’implore la grande faucheuse,

Pour qu’elle sauve les épis de blé mûrs,

Noyés dans cette fenaison de champs impurs...

Je me ferais un volcan,
Crachant tous son feu et ses cendres,
Bruler ce champ de blé d'antan,
De cette poussière poussera l'espoir venu des méandres,

Des épis de blé dorés à l'éclat de la prose,
Ou chaque rayon de soleil trouveras son lit,
De cette lumière le champ vient éclairer le morose,
Laissé sur cette plage ou l'amitié naquit...

Écrit par : Nat | 19/10/2005

Les commentaires sont fermés.