02/11/2005

Au loin les chagrins

Au loin les chagrins d’un monde désolé,

L’aube naissante  éclaire les âmes blessées.

La vie a ce goût de piment, qui emplit les yeux,

Et font parfois oublier ce que veut dire heureux.

 

Laisser pénétrer par les volets la lumière du jour,

Et la voir baigner les draps chargés d’amour.

Sentir les flagrances des parfums de la nuit,

Et revivre les souvenirs, dans son corps alangui.

 

Le baiser déposé à la commissure de mes lèvres,

Enflamme mon cœur d’une bienfaisante fièvre.

Je brave vents et marrées pour maintenir  le cap,

Et je dépose sur l’autel la plus pure des nappes.

 

Je sens la force du courant qui me pousse aux flancs,

Et me donne l’envie de me surpasser pour  mes enfants.

Vivre tous ces petits moments anodins intensément,

Et m’endormir le soir venu dans les bras de mon amant.

 

Les voix des océanides parlent des marins égarés,
Dont la mer a rejeté le cadavre sur une côte oubliée.

Pour ces victimes consentantes à la mémoire effacée,

Je veillerais à garder ce vaisseau paré à naviguer.



17:14 Écrit par baiser virtuel | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

Les mille visages Entre Marie Madeleine et Diane chasseresse, une lionne au coeur pur et aux pensées impures qui est Calypso, une nouvelle histoire d'O ou une des multiples facettes de votre âme blessée...

Écrit par : Le masque | 02/11/2005

Deux âmes... Deux âmes se confondent,
Dans cet océan mirageux,
Deux femmes aux pensées si profondes,
Posées sur l'île mystère, au pied du volcan aux aveux...

Nuance cher ami,
Il ne s'agit point d'une âme bléssée,
Cette Océanide d'ailleurs et d'ici,
Ne savait pas qu'elle était comblée...

Écrit par : ... | 02/11/2005

Les commentaires sont fermés.