21/11/2005

La chaleur,

Ce doux foyer crépitant,

Le signe d’une sincère amitié,

Flamme chaude sort de mon écran,

Vient faire briller mes yeux, miroir de mon âme sans paix…

 

Viens réchauffer mes doutes,

Fait disparaître en moi cet hiver glacial,

Je ne sais plus c’est la déroute,

J’ai toujours aussi froid, j’ai mal…

 

En attendant l’aube,

Blottie au fond de mon lit,

En moi mes rêves se dérobent,

De noir mon cœur est envahi,

 

Je sais qu’un jour l’étau se desserrera,

Pas encore aujourd’hui ni demain,

Mon sablier du temps me le dira,

Cette femme sourira et c’est certain,

 

Non jamais j’ai baissée les bras,

Je ne fais que traverser ce sombre couloir,

Dans la main cette flamme qui m’éclairera,

Me guidant vers la lumière de l’espoir,

 

J’ai une place sur ce vaisseau,

Ici je suis une reine selon ma sœur,

Mon oasis et mon repos,

Un lieu pour ouvrir mon cœur,

 

Je viendrais partager avec eux, vous et toi,

Au fil des nuits et des jours,

Mes peines ,doutes et joies,

Afin de faire un étincelant retour…

 

Promesse venue de cette chaleur,

Qui a osée trépasser ma porte cadenassé,

Elle a touchée en moi cette infime lueur,

Et brûleras ce doute enraciné…

 

 

En tous cas je l’espère du fond du cœur…

 

 

                                                                                                            21/11/2005

 

« Il faut écrire pour soi, c’est ainsi que l’on peut arriver aux autres » (Eugène Ionesco)

 


22:41 Écrit par baiser virtuel | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Commentaires

Il est un royaume Il est un royaume où les fous sont les rois car ils croient en leurs rêves. Ce monde virtuel, je l'ai réduit une fois en cendre et tu l'as fait renaître d'une étincelle. Le moment viendra où les larmes s'effaceront pour peindre un sourire sur ton doux visage. Les autres ne sont que le miroir de ta personnalité, il ne renvoient aujourd'hui que de la tristesse et des doutes. Si tu crois en toi comme moi, demain les autres verront cette femme à la sensibilité à fleur de peau, capable de donner de l'amour pour les siens à en crever. Tant d'amour ne peut laisser les coeurs indifférents, et l'heure sonnera où le miel coulera. Aujourd'hui tu exiges peut être trop de toi et l'amour recherché a peur de s'approcher. Il suffit parfois de se laisser aller, ne plus penser...Laisse nous souffler...

Écrit par : Nathanaelle | 21/11/2005

Je sais Je pense trop,je reflechit trop et ce n'est pas trés bon si l'on veut avancer.Je te remercie ma tendre amie,tes mots toujours si apaisants m'emènent à la reflection de par leur justesse.Continue de souffler...

Écrit par : Nat | 22/11/2005

... passe te remercier de ton passage chez moi et d'y avaoir laissée une trace...
bonne soirée...
kisou

Écrit par : elle | 22/11/2005

Les commentaires sont fermés.