17/05/2006

L'amante

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je suis la maîtresse de l’ombre,

Qui fuit devant l’aube naissante.

Je laisse des marques brûlantes,

Et un regard bien trop sombre.

Le jour reprend ses privilèges,

Et assoit ses règles sur le siège.

Le plaisir est ainsi plus intense,

La fleur s’épanouit par l’absence.

22:39 Écrit par baiser virtuel | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

Heureuse Vous voici revenue à des sentiments que nous avions perdu l'habitude de lire ici.
J'en suis heureuse et au plaisir de continuer à vous lire.

Écrit par : LucieM54 | 18/05/2006

Les commentaires sont fermés.